Blog WIEGO

Articles récents

Par
Avi Majithia, Shalini Sinha, Malavika Narayan
Delhi vit un tournant historique crucial. Plus d’un an après le début de la crise de la COVID-19 et quelques mois après une dévastatrice deuxième vague d’infections, la ville se trouve toujours dans un état de crise. Une occasion politique qui a lieu une fois tous les vingt ans –pour définir une nouvelle vision pour l’avenir de Delhi– se présente en ce moment, et ouvre la voie à des changements significatifs.
Par
Teresa Marchiori
Les gouvernements, préoccupés par la garantie de la disponibilité des biens et services essentiels, ont dressé des listes d’activités essentielles qui pourraient continuer à fonctionner. Dans 21 pays d’Afrique et 12 pays d’Amérique latine, une certaine forme de vente informelle de nourriture a été désignée comme essentielle. Alors que les cas augmentent à nouveau et que de nouvelles vagues de contagion frappent les pays sur tous les continents, les gouvernements nationaux et locaux devraient faire le point sur les bonnes pratiques et les pièges qui sont apparus au cours des derniers mois. Mais le rôle des vendeuse·eur·s d’aliments de l’informel en tant qu’actrice·eur·s économiques essentiel·le·s ne s’arrête pas avec la pandémie.
Par
Teresa Marchiori
Les gouvernements, préoccupés par la garantie de la disponibilité des biens et services essentiels, ont dressé des listes d’activités essentielles qui pourraient continuer à fonctionner. Dans 21 pays d’Afrique et 12 pays d’Amérique latine, une certaine forme de vente informelle de nourriture a été désignée comme essentielle. Alors que les cas augmentent à nouveau et que de nouvelles vagues de contagion frappent les pays sur tous les continents, les gouvernements nationaux et locaux devraient faire le point sur les bonnes pratiques et les pièges qui sont apparus au cours des derniers mois. Mais le rôle des vendeuse·eur·s d’aliments de l’informel en tant qu’actrice·eur·s économiques essentiel·le·s ne s’arrête pas avec la pandémie.
Par
Laura Alfers, Nicole Pryor

"Nos mains de récupératrice·eur·s de matériaux ont rendu le monde meilleur." – Jaquelina Flores de l’Alliance mondiale des récupératrice·eur·s.

"C’est un travail. Il ne s’agit pas tout simplement de donner un coup de main à la maison." – Carmen Britez, vice-présidente de la Fédération internationale des travailleuses domestiques (FITD).

Par
Yola Verbruggen, Ana Carolina Ogando, Marcela Valdivia
Les travailleuse·eur·s de l'économie informelle ont perdu près de 80 % de leurs revenus lorsque la pandémie est arrivée. Essentiel·le·s au maintien des systèmes d'alimentation, de soins et de gestion des déchets pendant la crise, elles·ils ont pourtant été les plus durement touché·e·s, car elles·ils ne pouvaient pas cotiser aux régimes de sécurité sociale et étaient exclu·e·s des prestations destinées aux personnes les plus vulnérables.