Bulletin d'information
WIEGO dans le monde

Janvier 2018

20 ans de faits marquants

20 Years of Milestones ES

Il est remarquable de voir tout ce qu’on peut accomplir lorsque travaillent ensemble des gens passionnés, issus de domaines et de secteurs divers et variés, dans un objectif commun : autonomiser les travailleurs et travailleuses de l’informel et les aider à assurer leurs moyens de subsistance.

Au cours des deux dernières décennies, WIEGO a été à l’avant-garde du développement de nouveaux concepts et méthodes pour comprendre et mesurer l’économie informelle. Outre sa contribution à l’enrichissement de la base de connaissances, le réseau WIEGO a soutenu l’organisation et la mobilisation des travailleurs informels aux niveaux national, régional et international, en particulier dans les secteurs du travail domestique, du travail à domicile, la vente de rue et la récupération de matériaux. Leur voix amplifiée, associée à leur visibilité accrue dans les statistiques et les recherches officielles, les a aidés à remporter des victoires importantes dans le monde entier.
 
Pour marquer notre 20e anniversaire et célébrer les réalisations, WIEGO a dressé une chronologie interactive qui souligne les grands moments du parcours. Vous pouvez survoler les étapes-jalons en anglais, espagnol ou français.

Conférence de recherche sur l’économie informelle

Pour marquer le 20e anniversaire de WIEGO et ouvrir de nouvelles pistes de recherche et de réflexion sur l’économie informelle, WIEGO a organisé une conférence de recherche en novembre. Tenue à l’Université Harvard (Massachusetts), aux États-Unis, la conférence a attiré de nombreux experts du monde entier et, au fil des présentations et débats, les participants ont réfléchi à l’évolution de la réflexion et de la recherche sur l’économie informelle au cours des vingt dernières années.
 
Les séances de la conférence se sont articulées autour de quatre disciplines pertinentes : l’économie, les sciences politiques, le droit et l’urbanisme. Pour étayer les discussions, l’intersection de ces disciplines et des trois groupes de travailleurs urbains de l´informel (travail à domicile, vente de rue et récupération de matériaux) a été examinée. Conformément à l’un de ses principaux objectifs, la conférence s’est voulue un espace où les participants ont cerné les défis conceptuels futurs et les lacunes de la recherche sur l’économie informelle.

WIEGO vous invite à profiter des études, présentations et échanges de sa Conférence de recherche à l´occasion du 20e anniversaire.

Transition au sommet chez WIEGO

Après 20 ans à la tête du réseau WIEGO, Marty Chen a quitté ses fonctions de coordonnatrice internationale de WIEGO.

Marty Chen

Cofondatrice de WIEGO en avril 1997 et durant les 20 années que dure déjà WIEGO, Marty Chen a été une figure importante dans la définition de l’économie informelle de même que de ses contributions, et l’élargissement du débat international sur la sécurisation des droits et des moyens de subsistance des travailleurs et travailleuses de l’informel. Ses connaissances, son engagement passionné et sa capacité stratégique qui l’a vue combiner l’action et la recherche pour favoriser le changement de politiques ont joué un rôle déterminant dans le développement d’un réseau formé d’organisations de base, de praticiens et de chercheurs, dont la portée et l’influence sont désormais véritablement mondiales. La clé de sa réussite réside dans sa capacité de définir et de clarifier les objectifs tout en mobilisant les autres. Preuve de son leadership, et dans le souci d’assurer une transition en douceur, Marty Chen a commencé, il y a plusieurs années, à planifier sa retraite du poste de coordonnatrice internationale.

Sally RoeverSally Roever est, depuis le 1er janvier 2018, coordonnatrice internationale de WIEGO et elle apporte au poste 18 ans d’expérience dans l’étude de l’interaction entre le travail informel, les organisations de travailleurs de l´informel et les lois, pratiques et politiques locales et nationales. Mettant l’accent sur les perceptions et le vécu des travailleurs pauvres, ses travaux de recherche ont mis en lumière les risques du travail pour compte propre et le rôle que jouent l’infrastructure urbaine et l’espace public dans le maintien des moyens de subsistance informels. En 2005, elle est entrée chez WIEGO en tant que membre de son groupe de recherche et, en 2009, s’est jointe à l’équipe WIEGO en tant que spécialiste des vendeurs de rue. Ce poste l’a vue coordonner la recherche qualitative voulue par l’Étude de suivi de l’économie informelle (ESEI) dans 10 villes. En 2015, elle est devenue directrice du programme WIEGO Politiques urbaines. Sally Roever détient un doctorat en sciences politiques de l’Université de Californie à Berkeley et ses travaux de recherche ont été largement publiés. Elle est actuellement établie à Rome, en Italie.

Bien que Marty Chen ait remis les rênes, elle restera chez WIEGO à titre de conseillère senior. En apprendre plus sur cette transition.

Atelier sur la R204 au Malawi

Un atelier de trois jours au Malawi, organisé pour aider les travailleurs et travailleuses du secteur informel à comprendre la Recommandation 204 de l’OIT sur la formalisation, a également permis de leur montrer, de même qu’à leurs organisations, comment l’utiliser pour revendiquer des réformes juridiques ou politiques. Pour animer l’atelier, Pamhidzai Bamu, coordonnatrice Afrique du programme Droit de WIEGO, et Vanessa Pillay, du programme WIEGO Organisation et représentation, ont travaillé avec le syndicat du secteur informel du Malawi (MUFIS).

Malawi WorkshopsAu total, 41 vendeurs et vendeuses de rue représentant les quatre régions du Malawi ont participé à l’atelier tenu en décembre. Ils ont été informés des lois et règlements nationaux qui influent sur leurs moyens de subsistance et amenés à voir comment la R204 peut servir à faire valoir la nécessité des changements qui pourraient améliorer leur situation. Les acquis des participants ont aussi largement contribué au succès de l’atelier. Au cours de l’atelier, les vendeurs issus des différentes régions ont relaté comment ils ont contesté la position des autorités avec succès, échangé des tactiques de négociation, de même que des idées, et ils ont utilisé les nouvelles connaissances extraites de l'atelier pour développer ces solutions.

Lors des séances de remue-méninges, les travailleurs, en particulier les femmes, ont souligné de façon claire et forte leurs besoins en matière de garde d’enfants, puis ont formulé une stratégie par laquelle le MUFIS pourrait faire avancer l’initiative WIEGO en matière de garde d’enfants.

Parmi les autres domaines prioritaires mis en avant figurent la santé et la sécurité au travail, le droit à la responsabilité et à la transparence des agents publics, la sûreté et la sécurité sur les marchés, l’eau et les installations sanitaires. L’atelier a engendré un esprit de solidarité et les participants ont promis de continuer à travailler ensemble au niveau interrégional pour donner suite à leurs priorités.

Gros plan sur le travail de WIEGO auprès des récupérateurs et récupératrices de matériaux

Sasolburg, South Africa

Photo : Jonathan Torgovnik/Getty Images Reportage

Projet WISA en Afrique du Sud

En Afrique du Sud, les récupérateurs et récupératrices de l´informel jouent un rôle important dans l’industrie des déchets, où on arrive à des taux de recyclage impressionnant de 57 pour cent. Pourtant, en tant qu’acteurs, dans une industrie très rentable, ils restent vulnérables et mal rémunérés.

Se concertant avec l’Association des récupérateurs de l’Afrique du Sud (SAWPA) et Groundwork, organisation de justice environnementale, WIEGO a lancé le projet « Waste Integration in South Africa » (WISA) dans le but de renforcer, entre 2016 et 2019, les efforts d’organisation des récupérateurs dans les municipalités de Johannesbourg, Tshwane et Sasolbourg. Fait notable, ce projet coïncide avec le processus du Département national des affaires environnementales, lequel verra élaborer des directives pour les municipalités et l’industrie, relativement à l’intégration des récupérateurs dans l’industrie du recyclage et des systèmes de gestion des déchets solides, ce qui devra améliorer leurs conditions de travail.

Vanessa Pillay, du programme WIEGO Organisation et représentation, est à la tête du projet WISA. « Sans des forums de négociation structurés, la ville a développé des projets et des programmes qui mettent en péril les moyens de subsistance des récupérateurs de matériaux. Les autorités municipales prétendent qu’ils ne peuvent pas les consulter parce qu’ils ne sont pas organisés », a écrit Pillay dans un article paru récemment dans South African Labour Bulletin.

Lire l’article de Pillay : Amplifying voice, visibility and validity: Waste pickers in Jo’burg city (Amplifier la voix, la visibilité et la validité: les récupérateurs de matériaux dans la ville de Johannesbourg).

Les efforts d’organisation des récupérateurs ont déjà porté fruit et les aident à progresser. En 2017, lorsque leurs moyens de subsistance furent menacés par de nouveaux contrats de recyclage privés, les travailleurs de l´informel de Johannesbourg se sont mobilisés pour protester et faire connaître leurs revendications. Cette mobilisation a poussé la ville à commencer à élaborer un cadre d’intégration des récupérateurs de matériaux. Lire Joburg’s Reclaimers Win Important First Victory in Fight Against Privatization au blog de WIEGO (Victoire importante des récupérateurs de Johannesbourg dans la lutte contre la privatisation).

Projet « Pick-It »  au Ghana

Un projet qui se déroule en ce moment à Accra, au Ghana, aide les récupérateurs de matériaux à développer un modèle de recyclage inclusif qui augmentera les taux de collecte de plastiques tout en améliorant leurs moyens de subsistance.

Lancé en mars 2017, le projet d’intégration des récupérateurs de déchets (connu sous le nom de « Pick-It », « Ramassez-le » en anglais), est une initiative conjointe entre WIEGO, Fan Milk Limited, Environment360 et le Massachusetts Institute of Technology (MIT). De plus, le projet est soutenu par le Conseil traditionnel du Tema (Tema Mantse) et le Département des déchets solides de l’Assemblée métropolitaine de Tema (TMA).

La première phase du projet, qui vise les récupérateurs de matériaux sur la décharge de Kpone et dans les rues de Tema New Town dans la région du Grand Accra, verra WIEGO apporter son expertise au renforcement des organisations de base. Il est prévu qu’environ 150 récupérateurs et récupératrices de Kpone et de Tema New Town seront organisés et formés aux compétences en gestion et organisationnelles. Déjà, un groupe de récupérateurs se sont inscrits au régime national d’assurance maladie (NHIS) et ont bénéficié d’un contrôle médical complet.

Entre-temps, une campagne de sensibilisation à Tema New Town aide ses habitants à comprendre les avantages que revêtent le triage et le recyclage de leurs déchets pour la salubrité de leur communauté et l’environnement.
 
La deuxième phase du projet verra ouvrir en 2018, à New Tema, un centre de tri qui sera géré par une coopérative de récupérateurs et récupératrices, et équipé de tricycles de collecte motorisés ainsi que d’équipements de compactage et de tri. À la fin de 2019, le centre devrait récupérer au moins 25 tonnes de plastique par mois, de quoi faire bénéficier aux travailleuses et travailleurs du centre, récupérateurs eux-mêmes, des revenus plus élevés et plus sûrs de même que des conditions de travail mieux sécurisées.

Projet Cuidar au Brésil

Dans le travail que fait WIEGO avec les récupérateurs de matériaux au Brésil, aussi bien dans le cadre de l’Étude de suivi de l’économie informelle (ESEI) que dans celui du projet Déchets et genre, les récupérateurs ont mis au premier rang de leurs préoccupations les problèmes de santé auxquels ils sont confrontés. Ceux-ci vont de l’exposition chronique à des dangers, tels que les contaminants biologiques, les produits chimiques et les rongeurs, aux douleurs musculaires dues à des mouvements répétitifs et aux tensions interpersonnelles résultant de processus désorganisés.

Pour mieux comprendre ces risques, WIEGO a entrepris le projet Cuidar (« prendre soin » en portugais) qui consiste à cartographier les risques pour la santé et à examiner les stratégies d’adaptation des récupérateurs ainsi que leur accès aux services de santé. Le projet est également en train de créer et de tester des outils, des activités et des méthodes de rétroaction, y compris le recours aux différents médias, pour sensibiliser le public aux problèmes de santé des femmes et au travail.

D’autre part, étant une initiative conjointe des programme Politiques urbaines et Protection sociale de WIEGO et des coopératives de récupérateurs et récupératrices de matériaux de Belo Horizonte, ce projet de recherche-action vise à mieux informer les récupérateurs des risques pour la santé, à mettre en commun les connaissances sur la santé et à renforcer les liens entre les récupérateurs et les partenaires locaux dans le domaine de la santé, et ce, dans l’espoir de favoriser des interventions qui diminueront ces risques. En deuxième phase, le projet élargira les discussions au-delà du lieu de travail et lancera des activités de plaidoyer pour faire comprendre aux professionnels de la santé les vulnérabilités à l’endroit des récupérateurs de matériaux.

Les focus groups organisés depuis le lancement du projet, et ce, avec la participation enthousiaste des récupérateurs, ont porté fruit. Beaucoup ont noté que le fait de parler des problèmes est, en soi, thérapeutique.

Ruby Janeth Valencia Manjarres a recycler and waste picker in Bogota

Photo : Juan Arredondo/Getty Images Reportage

Plus de récupérateurs et récupératrices de matériaux en Colombie ont été rémunérés

En 2017, les membres de quatre organisations colombiennes de récupérateurs ont commencé à toucher des paiements pour la collecte, le transport et le recyclage de déchets. Cela veut dire que plus de 850 hommes et femmes appartenant à RECIMED (Cooperativa Multiactiva de recicladores de Medellín) à Medellín, ARRECICLAR (Asociación de Recicladores de Antioquia) à Medellín ; AREMARPO (Asociación de Recolectores de Materiales Reciclables de Popayán) à Popayán et COOPRESCORDOBA (Cooperativa de Recicladores de Córdoba) à Montería se voient maintenant rémunérer tous les mois pour leurs services, source de revenu et de reconnaissance importants. Jusqu’ici, seuls les membres des organisations de récupérateurs de Bogota se sont vus ainsi reconnus et rémunérés.

Lire l’article Waste pickers in Medellín, Popayán, and Montería receive their first payment as recycling public service providers (Les récupérateurs de matériaux de Medellín, Popayán et Montería reçoivent leur premier paiement en tant que fournisseurs de services publics de recyclage) par Federico Parra, publié sur le blog de WIEGO le 23 novembre 2017.

Cette victoire concrétise la longue lutte des récupérateurs et récupératrices organisés en Colombie. Menée par l’Association des récupérateurs de Bogotá (ARB) et l’Association nationale des récupérateurs (ANR), cette lutte a conduit à la décision de la Cour constitutionnelle de 2011 selon laquelle les récupérateurs doivent être reconnus et rémunérés. Dans ce combat, les récupérateurs ont bénéficié du soutien technique de WIEGO.

De fait, ce soutien s’est prolongé en décembre 2017. Federico Parra, coordinateur régional WIEGO auprès des récupérateurs en Amérique latine, a organisé un atelier national sur la formalisation des récupérateurs de matériaux en Colombie. De même, Maria Eugenia, consultante du programme WIEGO Récupérateurs de matériaux, a apporté son soutien à l’intégration des récupérateurs au système officiel de gestion des matériaux à Popayan.

Articles récents sur le blog de WIEGO

Creating “cities for all” requires more than one-size-fits-all regulation (Créer des « villes pour tous » exige plus qu’une réglementation uniforme) par Mike Rogan et Sally Roever L´ESEI montre que les travailleurs du secteur informel dans les pays du Sud perçoivent les réglementations comme tant positives comme négatives.

Latin American home-based workers celebrate launch of new regional organization (Les travailleurs et travailleuses à domicile d’Amérique latine célèbrent le lancement d’une nouvelle organisation régionale).

En 2017, les travailleurs à domicile en Amérique latine ont adopté une position unanime qui devrait accélérer les progrès dans leur lutte pour la visibilité et les droits en tant que travailleurs. Article disponible également en espagnol.

Universal Health Coverage: An informal perspective (La couverture santé universelle dans l’optique des travailleurs du secteur informel) par Laura Alfers.
Cet article examine la question de la CSU, du point de vue des travailleurs de l´informel souvent évincés des débats en cours.

From blood tests to aerobic dance: Training improves workers’ access to new Thai health fund – and their ideas are inspiring (Des tests sanguins à la danse aérobique : la formation améliore l’accès des travailleurs au nouveau fonds de santé thaïlandais, et leurs idées ne manquent pas d’intérêt) par Chidchanok Samantrakul, Sarah Orleans Reed et Suntaree H. Saeng-ging.

Élaborer des programmes innovants en matière de soins de santé n’est que la première étape. S’assurer qu’ils profitent aux personnes qui en ont le plus besoin doit être la priorité absolue, ce à quoi se consacre HomeNet Thaïlande avec beaucoup de succès.

Nouvelles publications et ressources de WIEGO

Aliaga Linares, Lissette. 2017. Estadísticas sobre vendedores ambulantes y vendedores de mercado en Lima Metropolitana y en el Perú urbano. WIEGO Nota estadística No. 16. Cambridge, MA, USA: WIEGO.

Carré, Françoise. 2018. Applying the concept of the informal economy to labour market changes in developed countries: what can be learned (Application du concept de l’économie informelle aux mutations du marché du travail dans les pays développés : enseignements à tirer) Document de travail WIEGO 36.

OIT et WIEGO 2017. Résumé des conclusions principales de La coopération entre les travailleurs de l'économie informelle: travailleurs à domicile et récupérateurs de matériaux. Travail de recherche. Disponible également en anglais, portugais et espagnol).

Raveendran, G. 2017. Women and Men Operators of Enterprises in India’s Informal Sector (Exploitants d’entreprise, femmes et hommes, dans le secteur informel de l’Inde). Notes d’informations statistiques WIEGO no 18. Cambridge, MA, Etats-Unis : WIEGO.
Reed, Sarah Orleans. 2017. Informal Workers in Bangkok: Considerations for Policymakers. WIEGO and HomeNet Thailand. (Travailleurs de l´informel à Bangkok : considérations pour les décideurs. WIEGO et HomeNet Thaïlande).

von Broembsen, Marlese. 2017. Regulating Global Value Chains to Realize Labour Rights for Homeworkers (Réglementation des chaînes de valeur mondiales pour concrétiser les droits du travail des travailleurs à domicile). Étude présentée à la conférence de recherche WIEGO, Harvard, 10 novembre 2017.

Transitions au sein de l’équipe WIEGO

Jenna Harvey, adjointe à la rédaction et à la recherche chez WIEGO depuis 2016, exercera en 2018 les fonctions de coordonnatrice de Villes focales. En cette qualité, Jenna jouera un rôle stratégique et de soutien auprès des équipes dans les six villes focales de WIEGO.

Caroline Skinner, directrice de la recherche urbaine de WIEGO, est directrice intérimaire du programme Politiques urbaines, poste qu’elle occupait auparavant, pendant que se déroule la recherche d’une personne qui prendra la tête de ce programme de base de WIEGO.

Afin de montrer notre souci sur l'inégalité entre les sexes, et d´assurer la visibilité des femmes dans tous les textes publiés, sans biais, discrimination ou préjugé et de reconnaître leur apport à la collectivité, WIEGO va s´appliquer à utiliser un langage épicène, ou avoir recours au doublet. Cependant afin de faire nos publications plus lisibles et intelligibles, dans certain cas nous utiliserons le masculin générique, spécialement quand les hommes et les femmes se trouvent déjà explicitement nommés dans le texte ou en raison des caractéristiques du texte (brochure, twiter, etc.).